Naïn - Une halte à découvrir entre Yazd et Isfahan - Naïn en Iran

Le village de Naïn se situe au cœur de l’Iran, dans la province d’Isfahan et se trouvant à 150km au Sud de cette province. Il s’agit d’une ville empreinte d’art et d’histoire et abritant des monuments historiques témoignant de la richesse et de la beauté architecturale du pays. La mosquée du Vendredi notamment y mérite une petite halte.


Un peu d’histoire

Naïn figure certainement parmi les villes les plus pittoresques au monde et n’a rien perdu de son authenticité malgré quelques changements survenus au fil du temps et des siècles. Elle abrite un patrimoine culturel unique sans parler des particularités architecturales que reflètent certains monuments et essentiellement, la fameuse mosquée du vendredi. La ville se particularise aussi par l’usage de réservoirs d’eau appelés communément Ab anbars. La réputation de la ville doit certainement à ses tapis persans qui marquent certaines époques de gloire. On y trouve également des monuments dont la fondation remonte à l’époque des Sassanides ainsi que des tours à vent. La route des caravanes ressemble beaucoup plus à une remontée de temps qu’à une simple aventure à l’Isfahan. La visite de la mosquée reste d’ailleurs un passage obligé pour retracer le passé de Naïn et de connaître les différents éléments qui ont contribué au façonnage du monument.


La mosquée du vendredi, un trésor préservé

La mosquée du vendredi a laissé de nombreuses pistes pouvant amener un voyageur passionné à s’intéresser à la beauté architecturale de ce lieu. Bien que ce monument ait subit de nombreuses ruines, les efforts sur la restauration ont bien porté leur fruit. La mosquée du vendredi date de l’époque abbasside. L’absence d’iwans dans sa cour en fait témoin. Il a subit par la suite de nombreuses restauration au XIe siècle sous les Seldjoukides. Le minaret, l’élément qui représente les mosquées date d’ailleurs de cette époque et se présente sous une forme octogonale. A la différence des autres mosquées iraniennes, celle-ci présente une décoration plus ou moins sobre et façonnée uniquement de briques et de plâtre. Concernant le mur qibla et mihrab, la décoration est aussi impressionnante. On y retrouve des calligraphies koufiques, des feuilles d’acanthe et des rosaces. Le mur de la qibla est dirigé vers la Mecque. Concernant le minbar en bois, sa construction remonte à l’année 1312. Cette mosquée se caractérise alors par l’absence d’iwans et de mosaïques bleues, ce qui lui confère un aspect épuré. Mais elle est aussi marquée par les motifs végétaux inspirés d’une cité abbaside Samarra et par un escalier qui conduit aux salles de prières utilisées lors de la saison d’hiver. La ville dispose également des tours à vent qui permettent un tirage d’air ainsi que des qanats ou canaux souterrains qui amènent l’eau des montagnes vers les villages. Une telle ingénierie apporte un meilleur approvisionnement d’eau potable et prévient la perte d’eau par d’importante évaporation.

Naïn
Notez ce voyage